Rechercher

Le mystère théandrique. Action de Dieu, action de l’homme dans l’œuvre du salut. (Simon Icard)

Paris, Honoré Champion, Essais n°29, 2014, 110 pp.
P. Michel Gitton
Notre ami et collaborateur Simon Icard vient de publier une plaquette (110p) intitulée : le Mystère théandrique et sous-titrée : Action de Dieu, action de l’homme dans l’œuvre du salut. Pour l’auteur qui s’est signalé par une thèse remarquée sur Port-Royal et Saint Bernard de Clairvaux (1608-1709), la question posée par le jansénisme (et son adversaire moliniste) était bien celle-là : comment la volonté humaine et la volonté divine peuvent-elles s’accorder ? Faut-il nécessairement que la victoire de l’une signifie l’effacement de l’autre ? D’où vient ce modèle où liberté et grâce sont construites en opposition ? Pour celui qui connait tant soit peu la réflexion patristique qui prépara le VIe Concile œcuménique (Constantinople III) sur les deux volontés du Christ, il est tenant de chercher à éclairer la querelle de Auxiliis (sur les secours qui permettent à l’homme de se tourner vers Dieu de manière à être sauvé) par un recours à la christologie. En fin connaisseur de la littérature spirituelle et théologique du XVIIe siècle, mais aussi de saint Bernard, Simon Icard nous montre que le rapprochement n’a pas échappé complètement aux théoriciens des différents bords qui se déchiraient sur la grâce. Mais, faute sans doute d’avoir été jusqu’à approfondir la pensée de saint Maxime le Confesseur, ces recours furent apparemment impuissants à contrer le penchant irrépressible à mettre en opposition grâce et liberté, mouvement humain (trop humain) et motion divine.

P. Michel Gitton, Membre de la communauté apostolique Aïn Karem, directeur-gérant de Résurrection, prêtre du diocèse de Paris.

Réalisation : spyrit.net